Spécificité de l’entraînement et patrons moteurs

Spécificité de l’entraînement et patrons moteurs

Les mouvements d’entraînement avec résistance (ex: haltères) utilisés pour la préparation physique sportive ne devraient pas tenter d’imiter en tous points les mouvement du sport. Ces tentatives sont vouées à l’échec, même si on tente de recruter les mêmes groupes musculaires et d’avoir plus ou moins la même trajectoire de mouvement. Déjà, la différence de vitesse causée par l’ajout de la résistance vient modifier l’enchaînement dans le temps, la durée et l’intensité/amplitude de chaque impulsion et contraction musculaire. Si la spécificité ne peut être totale, alors je suis d’avis qu’il est préférable d’être moins spécifique pour ainsi ne pas nuire aux schémas moteurs. Optimisons plutôt la surcharge.

Ainsi, par exemple, je n’irais pas sur un banc avec un seul haltère lourd puis tenter t’exécuter un coup de poing, tentant d’appliquer cette technique précise. Ce serait interférer avec le patron moteur de ce mouvement. Je serais en train de le rafiner avec des paramètres erronés. Le mouvement de la scapula (omoplate), par exemple, est fortement limité par le banc, mais est essentiel à l’exécution d’un bon coup de poing.

Je pourrais opter plutôt pour le développé sur banc avec barre (bench press), quoique avec un banc modifié permettant le mouvement scapulaire (par exemple avec un demi-cylindre au centre du banc), ou peut-être des pompes (push-ups) explosives, en portant une veste lestée ou en ayant quelques plaques sur le dos. Dans chaque cas, la surcharge serait suffisante, et je place mon esprit en mode “gym / préparation physique”, où mes mouvements diffèrent suffisamment de mes mouvements d’arts martiaux pour que l’ajout d’une grande charge ne vienne pas interférer avec le patron moteur des tehniques martiales. Cependant, le recrutement musculaire sera présent, les adaptations hormonales, neurales, musculaires et celles des systèmes énergétiques se produiront. Mon schéma mental de la technique martiale restera inchangé. (Il devra être légèrement adapté à long-terme pour tenir compte des changement physiques causés par l’entraînement)

En d’autres mots, il nous faut limiter le domaine de la spécificité en préparation physique musculaire aux éléments suivants:
Groupes musculaires, Séquence (ordre) des contractions, Direction grossière du mouvement

Et ne pas chercher la spécificité par rapport aux éléments suivants:
Timing absolu des contractions, Trajectoire précise de mouvement, Accessoires utilisés et équipement sportif

À partir de là, alors, il s’agit essentiellement d’identifier l’Intention, vers quoi est-elle focusée, pourquoi et comment.

Patrick Roy-V., B.Sc., Kinésiologue accrédité

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à la question mathématique suivante / Plase answer the following math question : *