Le mythe de la perte de gras localisée

Le mythe de la perte de gras localisée

Mythe: Faire des exercices d’abdominaux permet de “perdre son ventre”.

FAUX.

Ce mythe est déjà décrit par un grand nombre d’autorités en activité physique comme étant faux, mais ce n’est pas encore tous les pratiquants (présents ou futurs) d’activité physique qui savent que la possibilité d’une perte significative de gras de façon localisée n’a pas été suffisamment démontrée par des études scientifiques valides, fiables, précises et reproductibles.

La perte de gras serait plus ou moins globale, sa distribution étant essentiellement déterminée, tout comme le gain qui l’eu précédée, par la génétique de l’individu.

La persistence du mythe de la perte localisée est dûe entre autres aux:
– Publicités pour des appareils de renforcement abdominal (“AB-quoi_que_ce_soit”)
Défendre le mythe leur permet de vendre leurs produits à une clientèle davantage intéressée à perdre du gras plutôt qu’à renforcer sa musculature. Les résultats illustrés dans ces infopubs sont l’exception plutôt que la règle, ils proviennent générallement d’une clientèle qui était totalement inactive et qui aurait eu des bénéfices semblables suite à pratiquement n’importe quel exercice, et finalement, les produits sont en général livrés avec un guide alimentaire, ce qui est possiblement l’élément ayant eu le plus d’impact, étant donné l’inefficacité biomécanique de ces appareils.

– Entraîneurs personnels sans formation scientifique.
Utiliser ce mythe leur permet de “personaliser” leurs programmes d’exercices et paraître rigoureux dans leur approche. La conception d’un programme d’entrainement devrait plutôt tenir compte de la biomécanique de l’individu, de ses patrons moteurs, aptitudes physiques, intérêts, sports pratiqués et historique d’entraînement, de sa profession et ses habitudes de vie, etc. Un tel programme ne peut être conçu qu’après avoir évalué (tests) la condition physique de l’individu.

Retournons aux appareils de ranforcement abdominal:
À supposer qu’une personne soit intéressée à renforcer sa région abdominale. Elle doit savoir que:
Ces appareils, souvent de piètre qualité (pour diminuer les coûts de fabrication), sont en très grande majorité biomécaniquement inefficaces, c’est-à-dire qu’ils ne parviennent pas à cibler la région abdominale et/ou atteindre un niveau d’intensité significatif. De plus, leur construction étant simpliste et uniforme, il y a impossibilité d’adapter l’équipement à la morphologie unique de l’individu. Il en résulte un exercice inadapté qui, au mieux, offrira quelques gains chez la clientèle la plus inactive, ou, au pire, engendrera efforts inutiles, inconfort, et risque de blessures.

Patrick Roy-V., B.Sc., Kinésiologue accrédité

1 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à la question mathématique suivante / Plase answer the following math question : *

Post navigation

Previous Post :